Je suis animée à la fois par une expression créatrice mais aussi par une réelle fibre sociale, cultivée et développée au cours de mes études en psychologie et plus tard dans le cadre d'un accompagnement éducatif et socioprofessionnel.
C'est après ma rencontre avec l’œuvre de Tapiès que je suis allée vers un travail non figuratif. La matière est au centre de mon travail et ma palette composée de teintes sourdes, de noirs, de gris colorés, de blancs parfois ravivés de rouge.
Graphisme, signes, symboles, griffures et ajouts font partie des éléments récurrents de mon vocabulaire plastique sur des matériaux souvent non académiques.
« Sur la taie d'oreiller, le drap ou la toile, le temps coud et découd les fils de la vie, raccommode les accrocs, ébauche les raccords, bâtit, détruit, recolle. Sur le linceul blanc, il referme les plaies rougeoyantes et laisse quelques traces presque effacées, un cadre vide, une silhouette humaine, une forme fantôme… Un fil… Un mot… »
Et si le métal, zinc et plomb, s'est imposé à moi depuis de nombreuses années, cette recherche autour de la matière m' amène aujourd’hui vers la sculpture.
Mes univers picturaux oniriques sont nourris par mes voyages. Affiliée depuis 1996 à la Maison des Artistes, je participe depuis à des expositions personnelles et collectives en France et à l'étranger et collabore à des projets et réalisations d'installation.

 

Autoportrait "Dialogue avec l'Invisible"
Kakemono : 43 x 138 cm
Impression numérique sur toile

Tous droits réservés Maya Lamora-2020